Critiques et Avis ***SPOILER INSIDE***

Le thriller ésotérique

Modérateur: Les Modos

Messagede Eska » Mer Oct 27, 2010 9:23 pm

Ah mais ça c'est radical Bul, pour moi aussi ça a fait pareil....comme tous les livres de Maxime d'ailleurs, je sais pas comment il s'y prend
Spoiler :
mais il arrive toujours à nous faire douter des personnages principaux :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Eska
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 4809
Inscription: Mar Mai 10, 2005 9:56 am
Localisation: 95

Messagede Stick » Jeu Oct 28, 2010 7:42 am

Pour ma part j'ai bien aimé le déroulement du livre, l'enquête, l'époque et tout ce qui va avec... Mais je m'attendais à mieux pour la fin...

Spoiler :
L'horloge géante faites d'humain encore vivant... Un peu trop gros... Là où Maxime avait réussis à m'étonné avec la fin du "sang du temps" où on finit par croire au "goule" et que finalement tout n'est que récit d'un tueur fou... là je sais pas je m'attendais à un fin plus réaliste...


Mais bon ça reste du Chattam et je me suis plongé entièrement dans le livre, il m'emporte toujours dans des époques et des lieux extra :)

M. Chattam vous restez mon auteur préféré !! :oops:
...
Avatar de l’utilisateur
Stick
Officer
Officer
 
Messages: 42
Inscription: Lun Avr 13, 2009 4:52 pm
Localisation: Toulouse

Messagede luna » Jeu Oct 28, 2010 11:20 am

Alors voici mon commentaire, mes ressentis sur le livre, donc cela ne tient évidemment qu'à moi :mrgreen: . J'ai lu les autres avis après avoir écrit le mien, j'ai pu voir qu'avec certains on avait des impressions similaires, donc pardon de répéter. Oui et pardon pour la longueur. :wink:

Spoiler :
Tout d’abord ce qui m’a frappé c’est le style, plus raffiné, plus complexe aussi, gageant déjà d’un contenu qu’il l’est tout autant.

Dès les premières lignes, on sent nettement qu’un cap a été franchi, qu’il ne suffit plus d’images fortes mais qu'il s'agit d’une affaire de sens et d’intuition pour pénétrer dans ce passé recréé. Et pour asséner le coup final.

Les personnages sont authentiques, les caractères affirmés à tel point qu’on les sent exister curieusement là tout près.

J'aime les ambiances, les regards, les voix, les descriptions, l'univers dépeint. Tout y est palpable, on respire Paris.
Et bien qu'il y ait ces scènes, ces crimes, ces lieux,... atroces, sordides, écœurants,... de ce livre se dégage une lumière.
Ce Paris de 1900 ne me semble pas en noir et blanc, sale et désœuvré. Est-ce la force de cette exposition universelle dont on dit qu’elle fut la plus grandiose ou encore alors cela vient de cette histoire (d'amour) en parallèle semblant illuminée les ténèbres du crime... Je ne saurai le dire ?

Mes scènes préférées se déroulent dans les combles dans la chambre de Guy où les trois protagonistes explorent l'âme du tueur où ils dissèquent ses actes pour en comprendre le fondement. J'aime ces joutes intellectuelles,ces parties de ping pong cérébrales pour débusquer la vérité.

Maintenant, tout débute avec « je suis un lâche »?
Quelle drôle d’entrée en matière pour un héros ! Je me suis demandée si ce personnage allait me plaire ?

Alors je l’ai suivi au gré du roman, et si certaines de ses facettes sont pour le moins agaçantes, j’ai appris à l’apprécier avec ses défauts et ses qualités.
Si on finit par se laisser prendre par le récit c’est peut-être le jeu du conteur, cet homme âgé qui relate ses souvenirs.
Peut-être enjolive-t-il les choses, on a tendance à embellir nos souvenirs, pas pour tromper, mais peut-être est-ce juste notre inconscient qui s’exprime.

La vision du trentenaire célibataire, en ce début de 20e siècle, est tout aussi vraie à notre époque.
Passer le chiffre trente, il faudrait avoir femme ou mari et enfant sinon on est un, une raté. La société moderne ne pardonne pas la différence et le fait de la revendiquer. Pourquoi rentrer dans un moule qui ne nous correspond pas ?

En 1900, Faustine affronte le monde seule et trouve un moyen de subsister mais elle n’existe plus d’une certaine manière, sa vie d’avant, n’est plus qu’un rêve, parce qu'elle a revendiqué son droit à la différence.
Elle s’est, elle aussi, enfuie, mais doit-on dire qu'elle est lâche ou courageuse ? En tant que femme, évidemment je me pose en revendicatrice, et je lui prête le courage. Mais pourquoi ne veut-on pas prêter à Guy ce courage, parce qu'il est un homme et qu'il a abandonné sa femme et sa fille ?

On en est toujours à ces mêmes rivalités hommes-femmes l'un peut faire une chose l'autre non et inversement. Pourquoi ne réfléchissons-nous pas en terme uniquement d'humain ?

Ma réponse simpliste est la société dans laquelle nous avons été élevés, avec sa morale, sa religion, ses principes et ses vertues.
Je réponds en occidentale du 21e siècle, or qu'elle serait la réaction dans d'autres cultures ?

En 2010, 110 ans après, on n'est pas moins dur. Deux époques et pourtant la condition de la femme n’est pas forcément belle partout dans le monde.
Les stéréotypes et les clichés du monde soit disant moderne ont la vie rude. Nous sommes esclaves de la société d'une certaine manière, elle nous forge, nous inculque et nous dicte la bienséance et les conventions que nous sommes « obligées » de respecter. Pourquoi ? Parce que la majorité si rattache ? Est-ce normale, est-ce humain. ? Pourquoi vouloir tout banalisé, pourquoi vouloir écarter l'original, le décalé et oublier la part exceptionnelle de chaque être humain. Au nom de quoi ?

Cette fuite de la normalité est-ce vraiment une forme de lâcheté ? Alors la question qui me vient, qu'est-ce qu'on nomme lâcheté, en a-t-on une définition universelle ou chaque humain en porte une différente en lui et selon les situations ?

Pour en revenir à Faustine, cette beauté du diable, je trouve son personnage, éclairé, brillant, d’une logique presque trop parfaite, elle me fait penser à Juliette et curieusement elle lui ressemble. Elle a la même volonté et s'attire les pires ennuis.

On sait dès le premier regard qu’on pose sur elle que tout n’est pas ce qu’on croit être. Sa chambre est tel un sanctuaire et par extension son corps, son cœur, son âme. C'est un lieu cosy, voluptueux et imprenable. Un antre d’apparat pour cacher les blessures, pour que des yeux trop habitués à sonder l’âme ne puisse y voir que les tentures de velours.
Tout comme ses robes et son maquillage, cette chambre est un masque, un costume, pour annihiler son « moi ».
Et comme le nom du bordel qui annihile le moi des hommes, le boudoir de Soi...


Pourquoi tout est toujours aussi compliqué quand les sentiments s’emmêlent ? Aimer devrait être un acte simple, de bonheur, de joie, de plénitude, d’euphorie. Pourtant l’Homme l’a intellectualisé au point de rendre complexe une des plus belle chose sur terre.
En cette page 308, on ne sait s'il faut être euphorique ou désabusé, comme Guy qui outre le fait de se punir est en proie au doute et à la douce sensation de ressentir quelque chose de fort.
Tout semble s’éclaircir, il comprend, il ose poser des mots sur ses émois. Mais franchir le pas est trop dur, trop compliqué, car le « et si… » est lourd à porter.

Ce passage donne un ton mitigé, un « et si » négatif qui peut faire souffrir et qui empêche d'agir. Et un « et si… » positif ouvrant sur un avenir impossible à prédire, à contrôler. Est-ce l'écho de « je suis un lâche » ?

Pourtant, la dernière image est celle de l'incertitude de l'avenir et de laisser le temps au temps, une forme d’espoir.


On sent de livres en livres cette trame, ce fil rouge sur l’humanité : sa conception du monde, sa vision de la communication, son désir de posséder toujours plus, sa manière de tout transformer en bien de consommation.
L’avènement de l’ère industrielle a embouti des portes déjà ouvertes, les laissant béantes et fracassées, il est dès lors impossible de revenir en arrière. Si certaines de ces inventions miraculeuses du siècle passé sont indiscutablement un vrai progrès, d’autres ont créé un besoin. Cela nous renvoie directement à aujourd’hui nous sommes devenus les esclaves des objets, des outils, des biens que nous avons créés pour nous « faciliter » la vie. On devient incapable d’agir sans. Si bien que sans téléphone portable nous sommes nus, sans connexion internet nous sommes isolés du monde extérieur, et ce n’est qu’un échantillon.
Comment faisait-on avant ? Et ce avant n’est pourtant pas si vieux !

Pour ce qui est de l’autre personnage phare, le temps, l’homme a toujours voulu maîtriser le temps sans toutefois y parvenir. Son immatérialité en a fait l’objet de nombreux « mythes », histoires, contes…
On vit dans un monde qui n’a jamais le temps !
On court sans arrêt pour tout, et on ne le prend jamais, on ne savoure que peu souvent le temps qui passe, le laisser s’égrainer doucement, on vit à 200 à l’heure de peur de manquer quelque chose. On veut tout toujours plus vite, plus les années passent et moins l’Homme fait preuve de patience.

Les deux personnages sont dans une spirale de fuite en avant, tentant de précéder le temps pour qu’il n’est aucune emprise sur eux, de fuir le temps passé et de devancer le temps présent pour en garder le contrôle…

J'attends la suite aussi car j'ai l'impression que tout n'est qu'un début, nous avons vu que la partie émergée de l'iceberg...
Certains personnages, notamment Perotti m’ont fait une très étrange impression, il m’a fait l’effet du tueur en série voulant participer à l’enquête, voulant suivre pas à pas ceux avec qui il joue au final.
C’était comme si, les souvenirs de Guy n’était qu’un survol de ce qu’il était réellement.
Et même si débusquer cet horrible tueur n’a pas été simple pour les protagonistes, sa disparition l’est un peu pour ma part, c’est trop facile qu’il se fasse dévorer par le crocodile. Je pense qu’on en a pas fini avec, ou qu’il y a dessous autre chose de plus machiavélique.


Spoiler :
Pour le père Camille, il y a une phrase qui le trahit dès le début, lorsque Guy et Perotti le retrouvent dans le bar louche, où il leur avoue qu'on l'a obligé à faire ça. Ce n'a donc pas été une surprise ;-)
Vous ne possédez pas les livres, ce sont eux qui vous possèdent !
On rencontre sa destinée - Souvent par des chemins qu'on prend pour l'éviter. Jean de la Fontaine
Avatar de l’utilisateur
luna
Modératrice
Modératrice
 
Messages: 1015
Inscription: Mar Mar 11, 2008 1:04 pm
Localisation: "Somewhere over the rainbow", entre ici et ailleurs…

Messagede Melania » Sam Oct 30, 2010 4:00 pm

Ca y est ! Je viens enfin de le terminer...

Eh bien... Un roman encore plus sombre que les précédents, il n'y a pas à dire... Je continue de me demander comment Maxime Chattam fait pour aller toujours plus loin dans l'horrible... Et j'avoue que par certains côtés ça m'a fait beaucoup pensé à In Tenebris.

Et on a même eu le droit à la belle légende urbaine du
Spoiler :
Crocodile dans les égoûts...^^


J'ai beaucoup aimé les personnages, plus particulièrement celui de Faustine, et j'espère qu'un jour on apprendra son véritable prénom.

Enfin, j'ai tout simplement adoré l'ouverture dans la dernière page concernant les meurtres de WhiteChapel... C'est très bien trouvé et j'avoue que ce serait, après tout, une possibilité vu que la personne en question n'a jamais été arrêtée^^

Encore merci pour ce génial roman!
Mon blog d'écrivain: http://melanie-lemaire.kazeo.com/
Si vous souhaitez suivre mon évolution de jeune écrivain...
Avatar de l’utilisateur
Melania
Captain
Captain
 
Messages: 979
Inscription: Mar Nov 11, 2008 1:38 pm
Localisation: Oise

Messagede Laetitianne » Sam Oct 30, 2010 5:34 pm

Finalement qui a tué Mylaine?
Laetitianne
 

Messagede damshm » Dim Oct 31, 2010 8:33 am

Spoiler :
Le "vrai" tueur : Hibris
Le modo ne flood pas, il anime !
Avatar de l’utilisateur
damshm
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 14092
Inscription: Mar Sep 29, 2009 6:28 am
Localisation: Région parisienne

Messagede Laetitianne » Dim Oct 31, 2010 9:20 am

J'ai l'impression que MC l'a un peu oublié à la fin.
Laetitianne
 

Messagede Vozrozhdenyie » Dim Oct 31, 2010 10:25 pm

Mon avis ici:
Léviatemps

Spoiler :
Ça y est! Je viens enfin de finir Léviatemps. Alors, que dire?

J'ai déjà apprécié ce Paris 1900. J'avais peur d'être larguée à ce niveau là car je connais quasiment pas Paris. Heureusement, Maxime Chattam décrit fort bien et on pourrait croire que l'Exposition Universelle se déroule maintenant sous nos yeux. En plus ça m'a rappelé le film Vidocq avec Gérard Depardieu avec les bordels, la fumerie d'opium, les sombres ruelles et le cabinet secret.

Pour ce qui est des personnages, le ton est directement donné avec Guy de Timée "Je m'appelle Guy. Et je suis un lâche". Guy a du jour au lendemain laissé tomber sa femme (Joséphine) et sa fille pour se terrer dans un bordel de luxe. Quand Milaine, une prostituée de cet établissement et aussi son amie, se fera assassiner dans des circonstances abominables, il mènera l'enquête avec Faustine, une autre prostituée, Gikaibo, un sumo japonais déshonoré et Perotti, un enquêteur qui était proche de Milaine. C'était bizarre parce que le second prénom de Maxime Chattam est Guy. Donc à chaque fois que Guy parlait, résolvait des énigmes, réfléchissait, j'y voyais Maxime himself. C'était... déconcertant. Guy m'a aussi énervé dans un certain sens car il trouve tout, déduit tout, à une logique implacable, sait décrypter l'écriture des gens (graphologie) par rapport à Perotti et Faustine. C'est comme s'il était omniscient. Je me suis même d'ailleurs demandée si ce n'était pas lui le tueur pour finir. Cette omniscience de Guy a donc éclipsé un peu les autres personnages. J'aurai vraiment voulu en savoir plus sur Perotti, Faustine, Julie (la tenancière du bordel) et Gikaibo.

Pour l'histoire, même si je l'ai aimé dans son ensemble, il y avait des choses moins indispensables comme le crocodile, la fin m'a paru assez expédiée. Genre, heureusement que le crocodile était là car Guy n'aurait peut être pas su lui faire face. La fin était assez bâclée pour moi par rapport à ce que Maxime Chattam nous a habitué même si en lisant ce qu'était le Léviatemps et de quoi il était "composé" m'a mis sur l'arrière-train. Il est complètement fou ce MC ^^. De plus, on n'apprend pas énormément de choses sur lui en fin de compte. Tout ce que l'on sait a été déduit par Guy tout au long de l'enquête. Il n'y a pas cette description de plusieurs pages qui nous explique tout en long en large et en travers. Les meurtres, je les ai adoré. J'étais vraiment impatiente de voir qu'est-ce qu'il allait nous sortir cette fois-ci et je n'ai pas été déçue.

Dans un certain sens, je l'ai trouvé moins trash que La promesse des ténèbres où là, c'est vraiment toute l'enquête qui était morbide, dérangeante. Ici, il y a plus d'analyses, de réflexions et j'avoue que je préfère cela.

En résumé, j'ai passé un excellent moment à lire ce livre. J'ai hâte de pouvoir lire la suite pour voir comment évoluera la relation Guy-Faustine, s'il retournera dans sa famille qu'il a abandonné, si Perotti est aussi "blanc" que je le pense et surtout, pour savoir ce qu'il va se passer car même si on remarque qu'il manque des éléments dans ce livre, il forme quand même un tout contrairement à la saga Autre-monde où la fin du livre nous coupe dans l'action (cfr fin tome 2 - début tome 3).
Dernière édition par Vozrozhdenyie le Lun Nov 01, 2010 10:52 am, édité 1 fois.
Image
Avatar de l’utilisateur
Vozrozhdenyie
Inspector
Inspector
 
Messages: 1427
Inscription: Dim Oct 12, 2008 9:34 am
Localisation: Belgium

Messagede Melania » Lun Nov 01, 2010 8:17 am

Laetitianne a écrit:J'ai l'impression que MC l'a un peu oublié à la fin.


Ou peut-être qu'il a pensé que ça allait de soi... ^^
Mon blog d'écrivain: http://melanie-lemaire.kazeo.com/
Si vous souhaitez suivre mon évolution de jeune écrivain...
Avatar de l’utilisateur
Melania
Captain
Captain
 
Messages: 979
Inscription: Mar Nov 11, 2008 1:38 pm
Localisation: Oise

Messagede fizzmizer » Lun Nov 01, 2010 10:37 am

En tout cas, on sent bien le changement de style: c'est plus calme, plus lent, ce qui rend encore mieux l'ambiance 1900. De ce côté là, rien à jeter. C'est vrai que la fin aurait mérité plus d'attention, mais ça reste tout de même un bon roman. Pas le meilleur, mais un bon.
Les grands romans sont toujours un peu plus intelligents que leurs auteurs. [Milan Kundera]
Image
http://www.youtube.com/user/MrSamrenfou
https://twitter.com/LaBlackTeam

Antoine :pff:
Avatar de l’utilisateur
fizzmizer
US Marshal
US Marshal
 
Messages: 3888
Inscription: Dim Oct 17, 2010 1:16 pm
Localisation: Israël

Messagede Vozrozhdenyie » Lun Nov 01, 2010 11:34 am

Un extrait du livre que je trouve tellement vrai:

Les livres d'histoire ne s'intéressent jamais qu'aux grands noms, jamais à ces petites gens comme vous et moi qui l'écrivent pourtant avec leur sang, et sans qui il n'y aurait pas d'Histoire.
Image
Avatar de l’utilisateur
Vozrozhdenyie
Inspector
Inspector
 
Messages: 1427
Inscription: Dim Oct 12, 2008 9:34 am
Localisation: Belgium

Messagede Fée des Lunes » Lun Nov 01, 2010 2:08 pm

C'est vrai. Je n'y avais pas fait attention.
Amalia
Avatar de l’utilisateur
Fée des Lunes
Lieutenant
Lieutenant
 
Messages: 308
Inscription: Mer Mai 05, 2010 7:36 pm
Localisation: Belgique

Messagede Sir Archibald Waters » Lun Nov 01, 2010 9:24 pm

Les livres d'histoire sont écrits par ceux qui gagnent les batailles, en général. Ils ne font que glorifier les rois et les généraux sans jamais parler des peuples.
Avatar de l’utilisateur
Sir Archibald Waters
Sergeant
Sergeant
 
Messages: 171
Inscription: Mar Oct 19, 2010 9:30 pm
Localisation: entre Belfort et Montbéliard

Messagede Melania » Mar Nov 02, 2010 8:40 am

L'Histoire est écrite par les vainqueurs malheureusement... Et lorsque les perdants tentent de donner leur version, elle est rejetée... Ca a toujours été comme ça et ça l'est encore... Je ne crois pas que ça changera...

Au fait, question qui n'a rien à voir... Mais vu qu'il y avait un prologue, je m'attendais à un épilogue... mais rien... Est-ce que ça signifie qu'il y aura une suite? ^^
Mon blog d'écrivain: http://melanie-lemaire.kazeo.com/
Si vous souhaitez suivre mon évolution de jeune écrivain...
Avatar de l’utilisateur
Melania
Captain
Captain
 
Messages: 979
Inscription: Mar Nov 11, 2008 1:38 pm
Localisation: Oise

Messagede damshm » Mar Nov 02, 2010 9:29 am

Oui, il y aura une suite. Maxime l'avait annoncé, c'est un diptyque.
Le modo ne flood pas, il anime !
Avatar de l’utilisateur
damshm
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 14092
Inscription: Mar Sep 29, 2009 6:28 am
Localisation: Région parisienne

PrécédenteSuivante

Retourner vers Léviatemps

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron